Accueil Éditorial Quel  héritage ont-ils légué pour construire la RDC ? ...

Quel  héritage ont-ils légué pour construire la RDC ? Partie I: Patrice Emery Lumumba

Capture d'Ecran

En cette occasion historique de la célébration du 59 ième anniversaire de notre pays, la République Démocratique du Congo(RDC), il nous paraît utile de faire une revisitation du parcours de six décennies pour évaluer l’impact idéologique et la contribution de trois personnages très influents de l’histoire politique de notre pays, la RDC. Au développement de celui-ci. Surprenant! Elle  marque les pas sur place alors que qu’il  dispose pourtant de tous les ingrédients nécessaires pour le développement en termes des ressources naturelles et humaines. Sans ignorer Joseph KASAVUBU le premier président de notre pays, à qui nous devons du respect,  nous parlerons successivement de Patrice-Emery LUMUMBA, de Joseph DESIRE MOBUTU,  de Laurent-Désiré KABILA  et d’Etienne TSHISEKEDI WA MULUMBA. Pour cette première semaine, notre attention se focalise sur LUMUMBA, le tout Premier   ministre de notre pays après son accession à l’indépendance.

À l’annonce de  la disparition tragique, par assassinat, de Patrice-Emery Lumumba, en janvier 1961, par tous les médias du monde, l’émotion qui s’ensuivit  n’avait d’équivalent que la propagande de diabolisation impérialiste et néocolonialiste qui avait précédé cet acte odieux et suicidaire à l’autodétermination Congolaise.

Par cet assassinat,  les impérialistes occidentaux  et  leurs complices ont exprimé leur satisfaction  pour avoir  éradiqué le facteur nuisible et l’obstacle à la construction du système néocolonial et à sa pérennité au lendemain de la proclamation de l’indépendance du  Congo Belge.  Quant aux peuples progressistes disséminés ailleurs dans le monde et les nationalistes Congolais, pour qui Patrice-Emery LUMUBA était un libérateur en raison de son audace avec lequel il véhiculait les idées anticolonialistes, cette injustice avait suscité beaucoup  d’émoi et  de consternation très partagés.

Malgré cette injustice, les progressistes à travers le monde  s’étaient redressés pour faire de Patrice Emery Lumumba le symbole de la lutte pour la liberté, l’indépendance et la souveraineté des peuples. Les nationalistes congolais, en particulier, avaient repris le flambeau pour continuer sa lutte. Dans la suite des temps, il est malheureux de constater que les Congolais dans la globalité ne se sont pas  appropriés cette lutte en l’intériorisant. Elle est restée au stade embryonnaire de simple discours politique sans impact.

Lumumba,  son patrimoine légué au Congo

À ce jour, le patrimoine qu’il a légué au peuple congolais en particulier et aux progressistes du monde en général n’a pas été entamé. La lutte pour la liberté, l’indépendance et la souveraineté des peuples.

C’est en fait  l’immortalité de ces idées forces de LUMUMBA qui  nous pousse  à nous interroger sur ce qu’était cet homme et comment en 3 mois seulement d’exercice aux fonctions du chef de gouvernement  du tout premier gouvernement  après l’accession de notre pays à son indépendance a  pu marquer son existence et  mériter l’appellation le père de l’indépendance.

Lumumba est né au Congo Belge ; il était un  homme du peuple, un homme simple,  marié et avait une famille. À l’instar de  la plupart des évolués de l’époque, il avait été formé dans les écoles coloniales. Celles-ci avaient pour objectif   de former les autochtones à la soumission à l’ordre colonial diffusé  par les missionnaires catholiques.

L’esprit de  LUMUMBA  étant forgé et modelé par cet enseignement programmé,   il serait ipso facto devenu le parfait produit d’endoctrinement colonial, prédisposé à devenir blanc et belge ; tel serait  son idéal. Mais hélas! Sa rencontre avec Kwame N’krumah à la Conférence du Rassemblement des peuples Africains tenu à Accra, au Ghana, bouleversa sa vision politique et du monde.

A son retour,  lors de son premier meeting à Kalamu à Kinshasa, il déclara: « L’Afrique est irrésistiblement engagée pour sa lutte sans merci contre le colonialisme et l’impérialisme ».  Lumumba venait d’intégrer son combat pour la liberté et l’indépendance dans une perspective de lutte globale pour toute l’Afrique.  La conférence d’Accra l’a libéré du joug mental qui l’enfermait dans une vision colonialiste qu’il avait adopté avant. La métamorphose était déjà complète et la lutte sans merci déclenchée en vue d’arracher l’indépendance, la souveraineté et la liberté.

Lumumba, un espoir pour les combats futurs 

Le  modèle de métamorphose de Patrice Emery Lumumba est non seulement une grande leçon de la vie ; il constitue un espoir pour les combats futurs et nous prouve qu’on peut avoir foi en l’homme qui, imprégné des valeurs de justice, est en mesure de se forger les armes pour la conquête de l’avenir qui lui convient. C’est possible!

L’égalité entre les citoyens, les droits fondamentaux de la personne humaine, la justice sociale et la liberté étaient caractéristiques du combat mené par Patrice Emery Lumumba.

Le contexte  dans lequel a vécu LUMUMBA  et ses contemporains est peu différent du nôtre ; seuls les acteurs ont changé, mais le pays est resté sous le joug de l’inégalité devant la loi, de l’injustice distributive et surtout de la domination impérialiste fortement déguisée.   Mais au-delà de tous ces systèmes, le changement est possible dans un État unitaire et Trans ethnique.

                                                                                                      

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom