Accueil Autres  Lubumbashi : Justicia ASBL exprime son inquiétude face à la réinitialisation des machines...

 Lubumbashi : Justicia ASBL exprime son inquiétude face à la réinitialisation des machines à voter

Photo Simplice Bambe / la Guardia

C’est dans un communiqué publié le 04 septembre 2019 dernier,  que JUSTICIA Asbl, une organisation de promotion et de protection des droits de l’homme basée en République Démocratique du Congo a exprimé ses inquiétudes.

Dans ce communiqué, cette ONG se dit très préoccupée par le déploiement dans les 145 territoires que compte la RDC d’au moins 300 agents de la Commission Électorale Nationale Indépendante, CENI. Selon Justicia ASBL,  ces agents ont des « mandats, l’un apparent et l’autre caché. »

Cette source indique, qu’il y a peu la CENI, a organisé un recrutement et une formation des agents spécialisés pour l’audit des opérations électorales, machines à voter et autres matériels ayant concouru à la tenue des élections de décembre 2018. Toutefois, indique Justicia  ASBL, ces agents déployés depuis le lundi 02 septembre 2019 dans toutes les provinces, ont été dotés des cartes SD, flash ou clés USB contenant un programme de réinitialisation des machines à voter.

Pour cette ONG de promotion et de protection de droits de l’Homme, l’objectif de cette mission n’est pas de vérifier la fonctionnalité de toutes les machines à voter mais d’en écraser toutes les données qui s’y trouvent.

Justicia ASBL s’inquiète surtout sur la rémunération de ces agents qui est évaluer à  100 dollars par jour pour chacun de ces 300 personnes pour une mission de 10 jours, alors que la quasi-totalité des agents de la CENI, en dehors des membres du bureau national accusent désormais 2 mois d’arriérés de salaire. Ce qui pour cette ONG cache un autre agenda.

JUSTICIA Asbl interpelle donc tous les agents de la CENI disséminés à travers les provinces et territoires de la RDC de ne laisser personne formater ces données qui ont une valeur  d’archives. Elle prévient que toute personne qui serait utilisée pour cette sale besogne engagerait sa responsabilité personnelle et s’exposerait à des poursuites pénales.

Il faut aussi dire que JUSTICIA Asbl insiste sur la réforme de la CENI et le remplacement des personnes arrivées enfin mandat. Pour JUSTICIA Asbl, la future CENI devrait être une institution véritablement citoyenne, animée par des personnalités moralement éprouvées et n’appartenant à aucun courant politique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom