Tanganyka : 170 millions de francs congolais  soit un mois de salaire emporté par des hommes armés, les enseignants crient au détournement

Tanganyka : 170 millions de francs congolais  soit un mois de salaire  emporté par des hommes  armés, les enseignants crient au détournement

 Le mardi 24 décembre 2019  des coupeurs des routes ont réussis à emporter  170 millions des francs Congolais, soit plus  de 100 milles  dollars  destinés à la paie des enseignants du territoire de Kabalo dans la province du Tanganyika.  Il s’agit du salaire  du mois de décembre  d’environ  milles enseignants.

L’affaire  se déroule   dans la soirée de ce mardi 24 decembre  alors que Kakudji  wa Ngoy, comptable du secteur de l’enseignement du territoire de Kabalo  venait de la localité voisine de Kongolo ou il a retiré  à la Banque  170 millions de francs congolais  somme correspondant aux   salaires d’au moins 1000 enseignants. Il voyageait avec une équipe de 2 policiers sur moto quand ils ont été surpris par ces hommes non autrement identifiés : « Nous  nous sommes rencontrés avec des coupeurs des routes, ils ont tiré trois coups de feu, nous avons fui ; Ils ont emporté tout le colis qu’on avait.  Eux, ont pris la direction de la brousse. »

Contacté le président de la délégation syndicale des enseignants de Kabalo indique qu’un suspect  a été identifié et il est recherché par la police. Quant aux enseignants, pour eux, il s’agit d’un détournement. «  Il y avait déjà une tentative de vol le mois passé. Toutes les autorités étaient informées. Mais pourquoi reprendre la  même route ?  » S’est interrogé Fidele Mwalimwenze un enseignant de Kabalo.  et d’ajouter : « Et pourtant on nous coupe chaque mois 3.500 fc pour le transport  de notre salaire. Pourquoi ne pas prendre la barquette  qui est là, y mettre le carburant et utiliser la voie fluviale avec sécurité. Voilà pourquoi nous disons que c’est une histoire montée.  Qu’il nous donne notre argent ».

Ce jeudi, des éléments de la police et de l’armée   ont été déployés sur la route Kabalo _ Kongolo afin de rechercher les suspects. Il faut noter que dans cette zone, la milice des pygmées y est encore active et que dans cette contrée il n’y a pas des banques.

Avec Denise Maheho

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *