Accueil Droits des femmes Lubumbashi: face aux viols dus à la montée de l’insécurité les femmes...

Lubumbashi: face aux viols dus à la montée de l’insécurité les femmes se lèvent

Photo la Guardia magazine

« Non aux viols et tueries des paisibles citoyens, mais oui pour une armée et une police professionnelle » Ce message et tant d’autres ont été lu sur différentes banderoles, calicots, et autre drapelets que brandissaient les femmes lors de la marche pacifique organisée ce mercredi 4 juin par les associations féminines de la société civile du haut Katanga pour protester contre les viols sexuels dont les femmes , et jeunes filles sont victimes à chaque cas de vol à Lubumbashi.

Cette marche est partie du cadre de concertation de la société civile située sur l’avenue Kasavubu jusqu’au gouvernorat de Province, ou les femmes ont observé un sit-in pendant une heure avant d’être reçues par le vice-gouverneur Jean Kalenga Mambepa, en présence du ministre provincial de l’intérieur et sécurité, ainsi que du maire de la ville.

Dans leur mémorandum, les femmes ont recommandé à l’autorité provinciale de redynamiser les mécanismes de détection des bandits mains armées qui sont au sein de la police. De faire un bon suivi des policiers qui font les patrouilles, et prêter une oreille attentive aux alertes que lance la population civile pendant la nuit par des publications des numéros d’intervention rapide. Inciter et accompagner la justice à mener des enquêtes sur les auteurs de ces actes en vue de le punir. De veiller à la coordination des différents services impliqués dans la lutte contre l’insécurité en vue de s’assurer de l’efficacité de leurs actions.

 

 

photo la Guardia magazine

Pour madame Mathieu Kabena, assistante a la thématique gouvernance locale administrative, et décentralisation au cadre de concertation de la société civile du haut Katanga, les actes des viols  que subissent les femmes lors  des vols sont  comme une autre forme de guerre. « C’est pour ça que nous nous sommes levés pour voir l’autorité lui en tant que premier garant de la sécurité pour qu’il puisse voir comment arrêter l’hémorragie le plus vite possible sinon on va détruire la société ».

Le vice-gouverneur a quant à  lui rassurer les femmes des efforts fournis par le gouvernement provincial et national pour la protection de toute la population.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom