Accueil Mines Haut-Katanga : la situation dans la carrière de Kibolwe, le silence des...

Haut-Katanga : la situation dans la carrière de Kibolwe, le silence des autorités inquiète

La Guardia

Haut-Katanga : la situation dans la carrière de Kibolwe, le silence des autorités inquiète
Depuis le soulèvement le mercredi 10 avril dernier dans la carrière de Kibilwe, une situation qui avait causé deux morts et plusieurs blessés, le climat dans cette carrière restent fébrile. Des creuseurs continuent à subir des tracasseries de la part de la garde républicaine commis à la garde du nouveau détenteur d’un permis d’exploitation de cette carrière sans que cela n’inquiète les autorités de la province.
En effet, un conflit oppose les exploitants miniers artisanaux et un sujet de nationalité indienne nommée SURIA dans la carrière située dans le village KIBOLWE à 100 km du territoire de Kambove, dans la province du Haut-Katanga pour l’exploitation des minerais de cuivre.

Deux morts et deux blessés depuis le début de cette tracasserie

Selon Patrick MUTOMBO, Coordonnateur National du mouvement citoyen Ça suffit, deux morts ont été enregistrés. « Nous vous informons qu’il y ‘a déjà deux morts, que nous irons enregistrer soit aujourd’hui ou demain. Le corps de l’un a été enterré depuis le jeudi passé toujours à la carrière. L’autre est porté disparu et nécessite une enquête mixte. » A t’il dit, demandant par la même occasion une enquête indépendante pour éclaircir la situation dans une lettre adressée à la Monusco.
Selon toujours la même source deux personnes gravement blessées par balles sont hospitalisé à l’heure actuelle l’un répondant au nom de BWELA ALAIN âgé de 38 et père de 3 enfants il a été blessé à la Jambe gauche par balle qui a percé l’os du péroné. Transporté à moto avec une blessure saignante jusqu’à l’hôpital il y est jusqu’à ce jour mais sans soins approprié. Le deuxième répond au nom de KABONGO François âgé de 32 ans et père de 4 enfants. Pour son cas, il dit avoir été blessé par un Garde Républicaine à l’aide d’une bêche et l’a au dos qui est traumatisé jusqu’à ce jour. La victime doit faire la selle dans son lit d’hôpital de la Gécamines panda à Likasi où il est interné, sans soins par manque de possibilités.
Le silence coupable des autorités
Le mouvement citoyen Ça suffit déplore le fait que Bien que toutes les autorités de la province du Haut-Katanga soient déjà informées, aucune mesure n’est prises pour régler cette situation. Complicité ou apathie ? Alors que 6000 personnes sont concernées par ce conflit, les autorités semblent fermer les yeux sur une situation qui risque de dégénérer avec risque de semer de l’insécurité autour de villages environnant ledit site. Combien faudra-t-il des morts et des blessés pour que la situation retienne l’attention de ceux qui dirigent la province ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom