RDC : « les combattants de groupes armés ne doivent plus intégrer l’armée Congolaise », Leila Zerrougui

RDC : « les combattants de groupes armés ne doivent plus intégrer l’armée Congolaise », Leila Zerrougui

La question de démobilisation, désarmement et réinsertion des combattants étaient à l’ordre du jour au cours de la conférence presse tenu ce lundi 22 avril par la  Cheffe de la MONUSCO et Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU en RDC Leila Zerrougui au quartier général de la MONUSCO.

«  La dimension de Démobilisation, désarmement et réinsertion (DDR) est une priorité de notre engagement auprès des autorités nationales. » A-t-elle dit. Pour elle, la Monusco va énormément se consacrer à cette question et aider les autorités congolaises dans la prise en charge de ces ex-combattants. «  Nous allons appuyer les autorités nationales dans l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie DDR comme réponse à l’insertion des ex-combattants dans la vie. »

Toutefois elle souligne que les combattants ne devraient pas intégrer l’armée régulière. « Les combattants de groupes armés ne doivent plus intégrer l’armée Congolaise, ils  doivent réintégrer leurs communautés.»  A martelé la Représentante  Spéciale du secrétaire de l’ONU. Et elle prévient qu’on ne doit plus « récompenser ces gens« .

Leila Zerrougui a abordé d’autres questions notamment leur appui aux actuelles institutions de la RDC dans la stabilisation du territoire nationale, la fermeture des certains bureaux de la Monusco et le déploiement dans les endroits où le besoin est plus grand tel que Yumbi, ainsi que les 2 Kivu.

S’agissant du retrait de la Monusco, Leila Zerrougui  a précisé qu’il reviendra au conseil de sécurité en décembre 2019, de donner les priorités à la MONUSCO.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *