RDC: propos du député Tshimboj contre Katumbi ACAJ saisit le procureur

L’ACAJ (Association pour l’accès a la justice) a saisi par écrit le Procureur Général près la Cour de cassation pour qu’il poursuive le député Donat TSHIMBOJ pour incitation à la haine tribale, au meurtre et à la guerre civile conformément à l’article premier de l’ordonnance-Loi n° 66-342 du 7 juin 1966. L’ONG a transmis à la justice un CD contenant les propos du député provincial tenus contre Moise Katumbi le 25 mai 2019 à Kolwezi.

L’ACAJ a demandé également aux députés provinciaux de Lualaba de dévouer publiquement les propos de Donat Tshimboj. « Les propos tenus par le député provincial Donat TSHIMBOJ sont inacceptables et condamnables. Ils sont prévus et punis par l’article premier de l’ordonnance-Loi n° 66-342 du 7 juin 1966 en ces termes : « Quiconque, soit par paroles, gestes, écrits, images ou emblèmes, soit par tout autre moyen, aura manifesté de l’aversion ou de la haine raciale, ethnique, tribale ou régionale, ou aura commis un acte de nature à provoquer cette aversion ou haine sera puni d’une servitude pénale d’un mois à deux ans et d’une amende de cinq cents francs à cent mille francs, ou d’une de ces peines seulement », a déclaré Me Georges Kapiamba, Président de l’ACAJ.

Apres que son discours ait provoque plusieures réactions, Donat Tshimboj à tenter de rectifier les tirs en s’attaquant cette fois ci au journaliste qui avait recueilli ses propos : « La responsabilité incombe aux journalistes. Il pose des questions maladroites et c’est lui qui fait circuler son élément sur les réseaux sociaux. Il ne contrôle rien. « C’est le journaliste qui est responsable ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *