RDC: interdiction de la manifestation publique de LAMUKA à Kolwezi, ACAJ demande des poursuites judiciaires contre le Maire de la ville

RDC: interdiction de la manifestation publique de LAMUKA à Kolwezi, ACAJ demande des poursuites judiciaires contre le Maire de la ville

L’association congolaise pour l’acces a la justice (ACAJ) demande au Procureur Général près la Cour de Cassation d’ordonner des poursuites judiciaires contre le Maire de la ville de Kolwezi pour avoir interdit la manifestation publique de la plateforme politique Lamuka a Kolwezi dans la province du Lualaba.

La demande de l’ACAJ contenu dans un communiqué de presse est motivée par  l’article 180 du code pénal livre II qui prévoit et punit les atteintes des autorités à l’exercice des droits et libertés reconnus aux particuliers.

Selon cette ONG, la décision  du maire  Véronique Upite est arbitraire et inacceptable.  « Les dispositions de l’article 26 de la Constitution consacre le principe d’information ou de la déclaration préalable et annulent celui de l’autorisation préalable prévu par le Décret-loi n° 196 du 29 janvier 1999 portant règlementation des manifestations et réunions publiques ». a rappelé Me Georges KAPIAMBA.

Lire ausi:Kolwezi : Malgré l’interdiction du maire de la ville, Moise Katumbi tient à s’y rendre

ACAJ affirme qu’elle aurait appris  de sources concordantes, que cette décision a été dictée par le Gouverneur de province de Lualaba, qui a toujours empêché et fait réprimer les activités des partis et plateformes de l’opposition ainsi que des organisations de la société civile dans cette province.

L’ACAJ condamne fermement cette politique et lui demande d’en cesser, car les libertés de réunions pacifiques et de manifestation sont garanties par les articles 25 et 26 de la Constitution de la République Démocratique du Congo (RDC).

Pour rappel dans une correspondance datée du 23 Juillet, le maire de la ville de Kolwezi avait interdit la manifestation de la plateforme Lamuka . Cette interdiction était  motivée par le souci de la sécurisation de tous et la préservation de la paix sociale.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *