Accueil Autres Lubumbashi : malgré les mises aux points de l’archidiocèse, l’opinion indignée par la...

Lubumbashi : malgré les mises aux points de l’archidiocèse, l’opinion indignée par la vente d’une portion de terre dans la concession Lubusha

L’opinion lushoise est indignée par la confirmation de la vente d’une portion de terre dans la concession appartenant au lycée Lubusha par des prêtres appartenant à l’Eglise catholique.

En effet après la version des faits étayait hier mardi 14 aout par L’Archidiocèse de Lubumbashi dans un communiqué signé par son évêque Monseigneur Tafunga. Ce matin au  cours d’une interview, Monseigneur Moto, vicaire général en charge de la pastorale  et des personnes, explique, « qu’il y a des portions de terre qui l’ont été, il y a une commission qui travail et qui continue les investigations.» A -t-il  dit en insister sur le fait que l’information de l’Archidiocèse n’appelle  pas à un débat.

Lire aussi:Lubumbashi: affaire vente du lycée Lubusha, l’archidiocèse donne sa version

Malgré  ces mises au point de L’Église, l’opinion lushoise s’est dit indignée. «  C’est une très grande surprise et une très mauvaise nouvelle.» Lance Timothée Mbuya défenseur des droits de l’homme de Lubumbashi. « Car dans la tête de la population  le lycée Lubusha fait partie d’un patrimoine commun et   qui ne peut pas être aliénés », explique encore le défenseur des Droits de l’homme.

Madame Clotilde Mutita, Ancienne adjointe au Maire et fervente  défenseure de la cause du Lycée Lubusha n’a pas manqué d’exprimer sa tristesse. « Le Lycée Lubusha c’est un investissement à long termes  que l’on ne peut pas faire disparaitre, on est dans le domaine de l’éducation «  s’est-elle indignée.

De plus, «  c’est un investissement en rapport avec la jeune fille, l’on se démène pour que la femme soit le maillon fort de la société  et en  même temps l’on  veut détruire un lieu où elle se forme. C’est faire une chose et son contraire ! «  S’est-elle exclamée. «  C’est tuer la femme, c’est tuer l’éducation ». Dit-elle encore avec indignation. « Il faut protéger ce patrimoine.» dit-elle avec véhémence.

Il faut rappeler que déjà en 2007 une tentative  de la vente  de patrimoine avait échoué, la population comme un seul Homme avait organisé plusieurs manifestations  pour protester contre la vente de ce bijou.

Toutefois, il faut dire que  comme le dit  Maitre Timothée Mbuya, la vente des portions des terre de Lubusha pose la problématique de l’accaparement des terres.  Il craint que dans quelques années  la population risque d’être  déposséder de ses terre.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom