Crise institutionnelle en RDC: le FCC ne compte rien lâcher à Félix Tshisekedi

Crise institutionnelle en RDC: le FCC ne compte rien lâcher à Félix Tshisekedi

Dans une déclaration rendue publique après une réunion d’urgence tenue à Kinshasa jeudi 22 octobre 2020 de suite à la prestation de serment des juges nommés à la cour constitutionnelle par Félix Tshisekedi, le front commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila dit tout haut sa détermination de ne rien lâcher au président et de poursuivre son combat pour le respect des lois de de la république.

Ça ne fait que chauffer, et la crise institutionnelle entretenue par les partenaires qui dirige le pays en coalition (FCC-CACH) ne fait que enjoliver la tension permanente entre le camp de l’ancien président Joseph Kabila et celui de son successeur Félix Tshisekedi.

Après avoir contesté et boycotté la cérémonie de prestation de serment des juges nommés par le chef de l’Etat Félix Tshisekedi à la cour constitutionnelle le mercredi 21 octobre dernier. La plateforme de Joseph Kabila reste déterminée et ne reconnaît pas les nouveaux juges parce que selon eux, ils sont nommés en toute irrégularité.

Lire le détail ici:http://magazinelaguardia.info/2020/10/21/rdc-les-juges-nommes-par-tshisekedi-ont-prete-serment-comme-prevu/

« Le FCC maintien sa position sur le dossier de nomination des nouveaux juges et reste inchangée. La nullité de nomination desdits juges étant de plein droit selon la loi organique pertinent, le FCC ne reconnaît pas ces derniers et ne se sentira lié à aucun acte qu’il poseront », déclaration.

S’agissant de rumeur selon laquelle le président aurait entrepris l’initiative de destituer le parlement, la machine politique de Joseph Kabila se montre en bonne posture et se dit prête au passage de la coalition en cohabitation « Le FCC s’est dit prêt à assumer ses responsabilités au regard de la confiance que le peuple souverain a investi en lui octroyant la majorité à l’Assemblée nationale d’une part et des prescrit de la constitution d’autres part ».

C’est dans cette détermination que le FCC dit poursuivre son combat dans le respect de la constitution et des lois de la République seul gage véritable d’un état de droit et qu’il usera de toutes les voies légales pour atteindre ses objectifs et s’opposer à toute initiative visant à déstabiliser les institutions de la République. La crise se poursuit.

On rappelle que c’est à l’absence des Thambwe Mwamba et Jeanine Mabunda, respectivement présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale, le premier ministre Ilunga Ilukamba, les membres du gouvernement FCC et leurs élus comme sénateurs que la cérémonie de prestation de serment de la crise a eu lieu. Ces cadres de la coalition de Joseph Kabila ont boycotté cet événement, accusant le chef de l’État de violation de la constitution quant à aux nominations des hauts magistrats à la cour constitutionnelle.

Lire aussi:http://magazinelaguardia.info/2020/10/21/rdc-la-prestation-des-serments-des-nouveaux-juges-de-lamour-au-desamour-entre-le-fcc-et-le-cach/