Projet Sicomines: La RDC perd plus qu’elle ne gagne

Projet Sicomines: La RDC perd plus qu’elle ne gagne

Convention signée   entre les entreprises chinoises et la RDC  sur les infrastructures et les mines pour un cout de 6 milliards de dollars .M 11 ans après, la partie chinoise n’a réalisé que 55 % de ses engagements et la RDC n’a  pu rembourser qu’un peu plus de 83 millions de dollars sur les 3 milliards de prêt lui accordés.  L’ong Afrewatch  qui vient de publier un rapport  à ce sujet intitulé « Convention de la Sino- Congolaise…. Qui perd et qui gagne entre la RDC et la partie chinoise » ,exige plus de transparence sur ce projet  et  ainsi qu’un audit.

Dans son rapport  au courant ce mois de juin, l’ONG AFREWATCH basée à Lubumbashi évalue le niveau d’exécution des engagements pris en 2008  et par  la RDC et  par les groupes d’entreprises chinoises. Selon cette convention , la partie chinoise devait accorder à la  RDC 6 milliards des dollars  dont 3 milliards de prêt  affectés à la construction des infrastructures ( Routes, voies ferrées, hôpitaux, écoles …..)   et 3.2 milliards  devraient servir à la création de l’entreprise minière Sicomines . Les bénéfices issus de l’exploitation minière devaient à leur tour , servir au remboursement de la dette de la RDC.  De son coté, le Congo  s’était engagé à exempter  la partie chinoise de tous les impôts , redevances et taxes  jusqu’à la période correspondante au remboursement total du prêt .

11 ans après, constate  l’ong Afrewatch,  la partie chinoise n’a réalisé que 55 % de ses engagements contre 83,3% du côté Congolais. La dette  de la RDC  sur les volets infrastructures et mines est estimée à 2 .882 322 170USD selon les rapports de l’ITIE.  Jusques  fin 2017, le Congo n’a remboursé à travers la Sicomines  qu’un peu plus de 83.7 millions des dollars  soit environ 27 %. Ainsi la RDC doit encore à la partie chinoise  plus d’un milliard 878 millions de dollars. Pour cette ong, la Sicomines n’a pas généré assez  des revenues pour permettre à la RDC de rembourser sa dette. Pendant ce temps  , indique le rapport de l’ITIE consulté par l’ong Afrawatch, la Sicomines a tout de même versé  à un des actionnaires, la Société Immobilière du Congo,  qui détient 12 % des parts, la  somme de 13.2 millions de dollars des dividendes .  Pourtant la convention  stipule que les actionnaires  de l’entreprise minière Sicomines ne peuvent  percevoir des dividendes  qu’après le remboursement  total de la dette.

Production minière en décà  des prévisions

En outre la production minière de la sicomines n’a pas atteint les 200.000 tonnes du cuivre et du cobalt tel qu’annoncé pour la première année encore moins 400.000 pour la 3e année de production. Pourtant avec une réserve de 10 millions de tonnes de cuivre et 6 millions de tonnes de cobalt , la  Sicomines avait  prévu   déjà en 2015 , une production  allant de 125.000 tonnes par an pour la première phase à 250.000 tonnes l’an pendant la  seconde phase. Pire encore, la Sicomines , indique Afrewatch , exporte en réalité du cuivre brut et non des cathodes. Ce qui constitue une moins-value pour la RDC car moins  cette entreprise  réalise des bénéfices, moins la RDC rembourse les prêts Chinois et leurs intérêts.

Très peu d’emplois créés

Sur le plan de la création des emplois, la société Sino Congolaise  n’a créé que plus de 1.183 emplois, un chiffre jugé faible par rapport à la taille de l’entreprise

Cette organisation  de la société civile   demande  notamment au gouvernement Congolais d’améliorer  la redevabilité dans la gestion du projet SICOMINES et du financement des infrastructures. Elle exige également à l’Assemblée Nationale  d’assurer un contrôle systématique et rigoureux sur la gestion du projet SICOMINES et des financements des infrastructures afin de rendre le projet rentable et profitable et de faciliter le remboursement du prêt et de ses intérêts.

Avis Facebook pour l’UE! Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!