Haut-Katanga : violations des droits humains des entreprises minières, une préoccupation majeure

Haut-Katanga : violations des droits humains  des entreprises minières, une préoccupation majeure

L’état de lieu de violations des droits humains au sein des entreprises minières et dans l’exploitation artisanale montre que les  communautés  riveraines des entreprises et les travailleurs en sont victimes.  ces violations sont surtout environnementales. , Plusieurs  entreprises  polluent l’eau, la nature , les ressources qu’utilisés  les communautés. La situation de droit de l’homme dans le secteur minier dans cette  province du haut-Katanga est alarmante. Maître  Jean Claude Katende président de l’ASADO a fait une analyse intéressante qu’il a exposé au cours d’un atelier le lundi dernier.

Plusieurs  cas des violations de droits humains au sein des entreprises minière dans la province du haut-Katanga sont notifiés. il s’agit des violations à l’endroits des communautés riveraines ou des travailleurs eux-mêmes. s’agissant des violations des droits humains au sein des entreprises, les  discriminations sont notifiés , ces discriminations sont basés sur le sexe , la race ainsi la hiérarchie. de plus  beaucoup d’entreprises minières paient des salaires  dérisoires qui ne permettent  pas aux citoyens congolais de nouer les deux bouts du mois accentuant ainsi la misère. ceci est en total contraste entre la multiplicité des entreprises minières dans la province et la paupérisation de la population. explique Maître Timothée Mbuya Directeur Exécutif de Justicia ASBL

les obligations des entreprises en matière de protection et respect des droits humains 

Toutes les entreprises ont des obligations à remplir. Premièrement , ils doivent respecter  et faire respecter tous les droits de l’homme. Timothée Mbuya  insiste sur le fait que les entreprises que le respect des droits humains se situe a tous les niveaux. A l’embauche par exemple , les congolais doivent jouir pleinement de ce droit contrairement a ce qui s’observe. dans les entreprises minières l’on trouve plus d’expatrié que des congolais et ils ont des meilleures conditions salariales . les nationaux eux, reçoivent un salaire de misère.il faut dire que les droits des travailleurs et les droits des communautés sont soutenus par plusieurs instruments internationaux tel que le Pacte internationales des droits économiques, sociaux et culturel ainsi que d’autres instruments juridiques internationaux , régionaux et nationaux.

Comment faire respecter les droits humains au sein des entreprises ?

Pour  Timothée Mbuya,  les entreprises font respectés les droit de l’homme par des mesures, des politiques internes .Par exemple, l’organisation des ateliers,  des formations , des sensibilisations pour les travailleurs et les communautés, sur les questions  de droit de l’homme,  de violence faite à la femme, l’égalité entre l’homme et la femme, le droit d’accès à l’information et de droit à l’éducation.

la Société civile doit jouer sa partition en jouant de contrepoids a explique Jean Claude Katende. ainsi des cas emblématiques des violations flagrantes pourront être suivis de prés . c’est le cas l’entreprise  Somika, qui pollue  la nappe d’eau de Kimilolo, le cas également de Comilu, qui met en danger le lycée Lwisha.    des engagements ont été prises notamment dans le suivi des cas des délocalisations des certaines communautés au profits des entreprises minières.

 

 

 

Avis Facebook pour l’UE! Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!