Lubumbashi : 34 meurtres et 60 viols répertoriés lors  de 198 cambriolages par la Société Civile   

Lubumbashi : 34 meurtres et 60 viols répertoriés lors  de 198 cambriolages par la Société Civile   

Après une accalmie d’une semaine observée à Lubumbashi sur la situation sécuritaire, l’insécurité est remontée en flèche. Entre le mois de juin et août, la ville a enregistrée plus de 40 cas des cambriolages ce qui amène le chiffre à 198 cas de cambriolages depuis le début de l’année jusqu’au 15 août 2018.

Selon le chargé du thématique sécurité au cadre de concertation de Lubumbashi Bertin Tshoz , la situation est préoccupante . Car ce chiffre reprend uniquement  les cas des quartiers qui sont cambriolés et ne ressortent pas les ménages visités par des bandits armées.

Selon le monitoring que le cadre de concertations mène, il ressort que ces vols s’opèrent souvent en série. Généralement  entre 2 à 8 ménages sont visitées par des bandits au courant d’une même nuit et dans un seul quartier. Ce qui amènerait à plus de 500 ménages cambriolés au cours de 7 derniers mois .

Les communes les plus touchées restent la commune annexe, Kampemba , Katuba et une partie de la commune Lubumbashi.

Cambriolages couplés au viol

Au cours de cette même période, 60 cas des viols ont été recensés dans la ville de Lubumbashi. Les cambrioleurs en plus de dépouillés des victimes de leurs biens, ils violent les femmes et jeunes filles dont l’âge varie entre 13 et 50 ans. Le dernier cas en date s’est déroulé dans la nuit de lundi ou une famille entière a été violée au quartier Kabulameshi , une mère et ses 3 filles dont la cadette âgée d’à peine 13 ans.

Cambriolages et meurtres

En plus des viols, ces malfrats tuent également lors de leur passage dans différents ménages. Le cadre de concertation de la Société civile a relevé 34 cas d’homicide depuis le mois de janvier jusqu’au 15 aout 2018. Homme et femmes sont souvent tués lorsqu’ils opposent une résistance et parfois lorsque le ménage n’a rien à offrir en terme d’argent ou bien matériel.

Impuissance ou indifférence des autorités ?

La question se pose compte tenue du silence face à ces nombreux cas des cambriolages, viols et meurtres dans la ville de Lubumbashi. Et pourtant les mesures et des moyens sont mis à la disposition des services de sécurités pour venir à bout de cette situation. Véhicules, renforcement des unités par des nouvelles brigades venues de Kinshasa, malgré tout rien n’y fait et la situation continue à se dégrader.

Les autorités de la province et de la ville semble dépassée par les évènements, incapables de rassurés les citoyens et d’assurer leur sécurité. Face à cette situation, il leur incombe le devoir de repenser leur manière de gérer la cité et de trouver les voies et moyens de protéger la population

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *