Lubumbashi : 80 ONG exige l’interpellation des certaines autorités au sujet de l’incursion de Bakata Katanga le 12 avril dernier

Lubumbashi : 80 ONG exige l’interpellation des certaines autorités au sujet de l’incursion de Bakata Katanga le 12 avril dernier

En effet le 12 avril dernier alors que le Président de la République visitait pour la première fois la ville de Lubumbashi, une incursion de Bakata Katanga dans  le quartier Mukuntu à 10 km du centre-ville de Lubumbashi a été signalée .celle-ci a été repoussée par les FARDC. 80 ONG parmi elles l’ASADHO, Justicia ASBL, Union Nationale de la presse au Congo section du Katanga UNPC/Haut-Katanga, Voix du savoir V S, Mouvement citoyen, Synergie des intelligences pour la refondation de l’Etat ,Mouvement citoyen FILIMBI,  Afia Mama AMA,  Mouvement citoyen la voix du peuple  exigent que certaines autorités doivent être interpellées pour des explications claires sur l’incursion des présumés miliciens.

Dans un communiqué de presse publié le mercredi 24 avril dernier, elles listent les personnalités concernées. Il s’agit notamment du Gouverneur de la Province du Haut Katanga, du Maire de la ville de Lubumbashi, des Généraux FARDC et police / Haut Katanga, du Directeur Provincial de l’AN, du  Chef de Poste Principal de l’ANR / Ville de Lubumbashi ainsi que de l’Inspecteur Général des Forces armées Congolaises en mission spéciale. « Les ONGDH pensent que certaines personnes haut placées nécessitent une interpellation pour HAUTE TRAHISON étant donné que ladite incursion de BAKATA KATANGA s’était déroulée le jour où le Président de la République et Garant de la nation était déjà dans la Province du Haut Katanga entouré des milliers des personnes vers le Centre-ville. »  Se basant  ainsi sur  l’article 63 de la constitution  alinéa 2 qui stipule que : << toute autorité nationale, provinciale, locale et coutumière a le devoir de sauvegarder l’unité de la République et l’intégrité de son territoire, sous peine de haute trahison>>.

Dans le même communiqué, elles rejoignent les décisions du Chef de l’État de permuter les officiers  ainsi recommande-t-elles : « De procéder à une mutation urgente, systématique et objective des officiers militaires et consorts, dans le sens à amorcer le début du déboulonnage de système de régionalisme qui s’était érigé en mode de vie dans l’exercice de certaines fonctions dans notre pays. »

Il faut dire que ces structures redoutent une manipulation  de ces forces négatives par  certaines personnalités. « Est – ce un signe de sabotage de certains officiers mécontents du pouvoir ? » Se sont-elles interrogées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *