RDC : Denise Nyakeru appelle à une mobilisation générale  dans l’élimination des fistules obstétricale

RDC : Denise Nyakeru appelle à une mobilisation générale  dans l’élimination des fistules obstétricale

Le 23 mai de chaque année est consacré à la journée d’élimination  des fistules obstétricales dans le monde. En RDC, plus de 42.000 femmes souffrant de cette maladie ont été répertorié en novembre 2018 par l’UNFPA.  La première dame de la RDC souhaite qu’il y ait une mobilisation générale pour redonner le sourire à toutes ces femmes.

« En ce jour où le monde entier célèbre la Journée. Internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale, mobilisons-nous pour apporter le sourire et surtout l’espoir à toutes ces femmes qui en souffrent. Ensemble, c’est possible d’y parvenir de manière efficace. » Dit-elle sur son compte Twitter. De plus Denise Nyakeru a lancé la semaine dernière sa fondation avec une vision dénommée « Plus forte  » qui dans le volet santé met un accent particulier sur les maladies silencieuses dont souffrent les femmes parmi elles, les fistules obstétricales, le cancer et autres.

En rappel, la fistule obstétricale est la constitution d’une communication anormale entre le vagin et la vessie (fistule vésico-vaginale) ou entre la vessie et le rectum (fistule vésico-rectale) ou entre le vagin et le rectum (fistule recto-vaginale) survenant à la suite d’une grossesse compliquée. Les femmes victimes de cette maladie perdent souvent leur dignité car rejeté par la société.

Voilà pourquoi cette mobilisation doit être générale pour permettre d’abord aux femmes souffrant des fistules de sortir de la clandestinité mais aussi pour que tous les partenaires apportent leur pierre pour redonner le sourire à ces femmes.

C’est ainsi que de plus en plus des voix se lèvent pour arriver à briser le silence qui entourent cette maladie. « La journée internationale pour l’élimination de la #fistule obstétricale, le 23 mai est une opportunité de rompre le silence qui entoure cette grave maladie susceptible de survenir lors d’un accouchement mais aussi de lutter contre la stigmatisation qui y est attachée ».a dit Nicolas Smard ambassadeur du canada.

A noter que pour l’UNFPA  seule l’accès aux soins de santé maternelle de qualité  permet de mettre fin aux risques liés à grossesse et l’accouchement. Cette institution a récemment désignée Denise Nyakeru Tshisekedi comme ambassadrice de bonne volonté » pour les questions d’autonomisation de la femme et de lutte contre les violences basées sur le genre.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *