RDC :FCC-Cash, Un complot inédit ?

RDC :FCC-Cash, Un complot inédit ?

 » La coalition FCC-Cach est un accident de l’histoire » a affirmé récemment le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi lors de son interview à la Radio Vatican. Cette phrase prononcée quelques jours avant celle par laquelle Félix-Tshisekedi a menacé  le parlement Congolais d’une éventuelle dissolution, ont motivée les différentes couches de la population pour qui le mariage politique, de fait entre le Front Commun pour le Congo(FCC)  et le Cap pour le Changement(Cach) est un véritable leurre, un complot inédit.

En effet,  la réalité prouve que d’une part, il permet au régime décadent d’hier de se cramponner au pouvoir, et d’autre part, ’il permet  » aux combattants » de 37 ans de lutte politique de se retrouver dans le partage  du pouvoir, du gâteau pour emprunter  ce jargon politicien Congolais. Dans cette logique, l’intérêt du souverain primaire est relégué au dernier plan.

Mais pour les  » artisans » de cette alliance de fait, le certificat  de divorce  de leur « monstre politique »  est loin d’être signé. Malgré que les soubresauts, pour ne pas dire des coups bas dans la politique de stratégies et contre stratégies caractérisent les deux rivaux qui s’observent en véritables chiens de faïence.

 » La voix du peuple  » est loin d’être celle de Dieu dans ce cas précis. Par patriotisme ou à la faveur d’une ruse politique  bien réfléchie pour conserver le pouvoir, seuls Dieu et Satan le savent. Mais étant  Lumière et ténèbres par essence, nous nous interrogeons  si c’est la sagesse de l’un ou la ruse de l’autre qui triomphera.

Comment comprendre qu’un programme de développement  planifié autour d’une même  table soit butée aux difficultés endogènes  au sein de  la même coalition ? Manque d’intelligence ou de sincérité ? Alors à quoi bon de prétendre être ensemble alors que les conditions de l’éclatement semblent réunies ? Un colosse au pied d’argile ?

Certes, dans l’histoire politique Congolaise,  après l’application de la formule anticonstitutionnelle de direction du pays par un président secondé de quatre vice-présidents,  le pays est en cours d’une heureuse expérience découlant de la première expérience politique, démocratique et civilisée, la première  depuis six décennies. Cette heureuse expérience a occasionné, et  c’est  accidentellement, la coalition (en réalité la cohabitation forcée) du regroupement qui a brigué la présidence de la République et de celui qui a « quasi  confisqué », bien sûr par voie électorale,  la majorité au parlement.

Par patriotisme, les deux camps jadis farouchement opposés, font corps  pour poursuivre ensemble la reconstruction du pays. Une bonne chose à  encourager, mais dès que ces regroupements  sont constitués des politiciens ou des opérateurs économiques qui ne sont pas des hommes d’État dont le pays a besoin,    y – a-t-il vraiment et objectivement des raisons d’espérer ?  Oui parce qu’ils nous demandent d’espérer. Malheureusement, leurs discours ne sont pas à ce jour suivi d’actes concrets.

Dès qu’un camp prouve que l’autre camp poursuit sa politique de gouvernance par la démagogie, et la corruption,  et que cette accusation  trouve des évidences sur terrain par des faits tangibles,  il ressort clairement que cette coalition est de forme tel dans un mariage au départ  non enregistré à  l’état civil et dans lequel  le couple vit en séparation de corps. Par moment, on dirait une voiture dont le moteur est prêt à gripper à tout moment.  Que conclure ?

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *