RDC: La justice devrait être la priorité du programme d’urgence pour les 100 premiers jour du président | IRDH

RDC: La justice devrait être la priorité du programme d’urgence pour les 100 premiers jour du président | IRDH

《l’injustice et le vol sont plus graves que Ebola et tuent plus que le Sida.》Les chercheurs en droits humains, des travailleurs des entreprises publiques, des retraités, des agents et fonctionnaires de l’Etat, se sont réunis le le 04 mars 2019 au siège de l’IRDH à Lubumbashi, dans le but d’analyser le programme d’urgence pour les 100 premiers jours du Chef de l’Etat Felix Tshisekedi. En rapport avec l’endémie du vol systématique des salaires, de la corruption et de l’impunité des présumés auteurs. Afin d’assurer un suivi régulier de leur démarche, ils ont créé la Coalition pour les Droits sociaux et Services Publics (CDSP) avant de formuler 4 recommandations.

A l’analyse du programme de 100 jours, il se dégage que le Président n’a pas rencontré le degré de gravité du fléau dénoncé depuis plusieurs années contre les hauts cadres de l’Etat, notamment dans des entreprises du portefeuille de l’Etat, des régies financières, de l’Administration Publique et leurs partenaires de la chaîne d’approvisionnement des biens et services.

Les participants estiment que parmi les actions sectorielles, la rubrique réservée à la JUSTICE qui se manifeste par la lutte contre la corruption devrait être mise en exergue et chiffrée conséquemment, dans « le programme d’urgence pour les 100 premiers jours du Chef de l’Etat .» ainsi ils ont formulé les recommandations.

1 Au Président de la République, de mettre à la disposition de la Justice, plus de moyens logistiques et humains, afin de combattre le fléau de vol organisé des salaires, entretenu par des dirigeants des entreprises publiques et hauts cadres de l’Administration publique. Ce drame est plus dangereux que le virus d’EBOLA et tue plus de gens que le SIDA ;
2 Au Procureur Général de la République (PGR), d’initier des enquêtes sur des cas de vol des fonds devant servir à payer des salaires, et traduire les présumés auteurs devant des juges compétents ;
3 Aux victimes, de se mobiliser pacifiquement et en masse devant leurs dirigeants, pendant tous les 100 jours, jusqu’à obtenir gain de cause.
4 Sans attendre des instructions du nouveau Président, il y a lieu que le PCA et l’ADG de la GECAMINES, les DG de la SNCC, de la SOGETEL et de la SCPT, ainsi que l’ADG de la SODIMICO s’investissent à rentrer dans la normalité, en examinant urgemment des dossiers relatifs aux rentes des pensions, salaires dus au personnel, aux décisions judiciaires devenues inattaquables et autres plaintes des travailleurs.

Le projet CDSP des chercheurs de l’IRDH reste ouvert à toute autre personne ou ONG qui vise à faciliter la bonne articulation et l’orientation des plaidoyers demandant aux autorités compétentes l’application des obligations de l’Etat relatives aux droits économiques, sociaux et services publics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *