RDC : les agents de l’Etat responsables de 58% des violations des droits de l’homme (BCNUDH)

RDC : les agents de l’Etat responsables de 58% des violations  des droits de l’homme (BCNUDH)

Le BCNUDH (Bureau Conjoint des Nations-Unies au droits de l’homme) a documenté 500 violations des droits de l’homme au mois de Mai sur tout le territoire de la RDC. Une légère baisse s’observe  par rapport au mois d’avril, malgré que le nombre reste stable par rapport aux mois de mars et février 2019. Selon ce rapport, le nombre d’atteintes attribuables aux groupes armés a  également diminué. 

Parmi ces violations, le BCNUDH note les  exécutions  extrajudiciaires  de  48 personnes, dont  au  moins  sept femmes et quatre enfants. 42%  de ces violations ont  été  commises  par  des  combattants  de  groupes  armés, dont  les exécutions sommaires de 57personnes, dont au moins 20femmes et deux enfants.

Les provinces  les plus  touchées par ces violations sont celles affectées par le conflit.  Elles enregistrent 412 violations, qui ont entrainé  la  mort  d’au  moins 93 civils, dont  au  moins  26  femmes.

Les principaux  auteurs de ces violations  sont  les  militaires  des  Forces  armées  de  la  République  démocratique  du  Congo (FARDC) avec 36%, tandis que parmi les groupes armés ce sont les combattants des divers groupes Maï-Maï qui ont commis la majorité des atteintes aux droits de l’homme documentées 30%.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *