Accueil La une RDC: tension au Lualaba, c’est la présidence qui a envoyé les militaires...

RDC: tension au Lualaba, c’est la présidence qui a envoyé les militaires dans les sites miniers « Richard Muyej»

La présence des FARDC constatée depuis pres d’un mois dans les carrières minières du Lualaba n’est pas vu d’un bon oeil par les ONGdh et les créuseurs artisanaux. Pour  cause, les créuseurs artisanaux se sont affronté avec les Militaires  dans cette partie du Pays. Richard Muyej Mangez Mans gouverneur de la province du Lualaba révèle que c’est le président de la République  qui aurait autorisé la descente des militaires FARDC dans les sites miniers. Il a fait cette revelation lors de la semaine miniere organisee à l’hôtel Pul Man grand Karavia à Lubumbashi du 19 au21juin dernier.

Lire aussi:RDC : JUSTICIA ASBL s’inquiète de la présence des militaires armées sur des sites miniers au Lualaba

Dans sa declaration, Richard Muyez affirme que la police était débordé et ne parvenaient pas à faire bien son travail suite à l’envahissement des creuseurs clandestins dans les mines des privées dont TFM et KCC. «C’est pourquoi TFM s’est adresser au chef de l’Etat Félix Tshisekedi à travers une lettre pour lui demander renfort de la sécurité de son site et le président lui même a envoyé les militaires dans les sites minières».

Dans sa conférence de Presse tenue ce jeudi a Kolwezi dans la province du Lualaba, le Général Philémon Yav affirme que les FARDC ont lancé l’opération traque des pilleurs et suicidaires » pour protéger les investisseurs « Les FARDC ont aussi en leur charge, la mission de protéger les investisseurs qui viennent dans la province qui paient des impôts et taxes à la République, est donc censée être protégée ». « Les gens peuvent mal interpréter, mais la force reste à la loi pour assurer la sécurité de nos partenaires. Nous ne traquons pas des creuseurs, mais plutôt des pilleurs car, est creuseur, celui qui est reconnu au sein d’une coopérative et qui travaille avec des documents dans une zone d’exploitation artisanale». 

Lire aussi:Vives tensions à Kolwezi, les creuseurs artisanaux exigent des Zones d’Exploitation Artisanale viables

Plusieurs ONG ont deja lancer la sonnette d’alarmes sur des violations des droits humains ainsi que l’exacerbation de l’insécurité à la suite de l’opération d’expulsion des creuseurs artisanaux par les forces armées de la République Démocratique du Congo FARDC qui traquent les creuseurs avec risque de violation des droits humains.

Richard Muyej de son coté  appelle les ONG à compatir avec les entreprises privées qui perdent leurs produit et les policiers qui sont aussi des congolais qui mérite également la protection des organisations «Quand TFM et KCC perdent leurs productions comme la police qui a perdu 3 des ses hommes par les attaques des creseurs, toutes les ONG ne compatissent jamais, mais quand ils s’agit de repousser les creseurs ces mêmes ONG crient au scandale».

Lire aussi: Lualaba: le cadre de dialogue (CDMA) s’inquiète de la détérioration du climat des affaires dans le secteur minier

Il appelle également les ONG et les creuseurs à l’indulgence à la présence des militaires  qui a un début et une fin « Il faut juger avec indulgence la présence des militaires dans les carrières minières au Lualaba c’est juste pour disuader et ils partirons après la crise». a ajouté Richard Muyej.

Selon l’autorité provinciale, le Lualaba compte plus de 170.000 creseurs artisanaux dans les mines.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom