Haut-Katanga : le Gouvernement déplore une invasion de la police zambienne sur le sol Congolais

Haut-Katanga : le Gouvernement déplore une invasion de la police zambienne sur le sol Congolais

 L’incident s’est produit dans la localité minière de LONSHI au sud de la province du haut-Katanga au courant de ce mois de février. Selon les sources sur place, les policiers Zambiens poursuivaient des creuseurs  artisanaux Congolais qui vendaient frauduleusement  des matières contenant du cuivre indique  le porte-parole du gouvernement provincial du Haut Katanga.

En effet, après le départ de la localité de LONSHI  de l’entreprise minière canadienne First Quantum, des Chinois ont repris l‘exploitation  en utilisant les rejets du cuivre. Eux aussi sont partis  car la teneur du cuivre est pauvre . Ces rejets sont aujourd’hui exploités par des centaines des creuseurs artisanaux. Selon la porte-parole du gouvernement du Haut Katanga, certains  de ces  creuseurs ont traversé  frauduleusement la frontière zambienne pour vendre leurs minerais. La police Zambienne les a  pourchassés jusque sur le sol Congolais.

Le ministre provincial ARSE KAYUMBA se veut toutefois rassurant : «  L’incident  ne s’est produit qu’un seul jour et les policiers  zambiens se sont retirés. » dit-il,  contacter par la rédaction. Entretemps, au cours du conseil des ministres provinciaux de ce mercredi, le gouverneur  du Haut Katanga a demandé au ministre des mines de disponibilité un nouveau site minier. Il devra accueillir les creuseurs artisanaux installés à Lonshi. Ainsi, a-t-il souligné, la police Zambienne n’aura plus de motif de s’introduire sur le sol Congolais. Il y a quelques années, d’autres invasions de la police Zambienne sur le sol Congolais  notamment  au Nord du Katanga avaient fait l’objet des longues négociations entre les deux pays avant qu’un terrain d’entente ne soit trouvé.

Le gouvernement provincial entend évoquer  cette question lors de la prochaine rencontre de coopération qui réunit sa province et deux provinces Zambiennes.

Avec Denise Maheho

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *