Accueil La une  RDC : CORAP exige l’implication des communautés locales et la Société Civile...

 RDC : CORAP exige l’implication des communautés locales et la Société Civile dans toutes les phases du projet Inga3

Dans un communiqué publié le 17 février dernier par la Coalition des organisations de la Société Civile pour le Suivi des réformes et de l’Action Publique, CORAP en sigle, une plateforme qui regroupe 39 associations, le gouvernement Congolais est appelé d’avoir une politique Claire sur le projet Inga 3 mais aussi d’impliquer  des communautés locales et la Société Civile dans toutes les phases du projet.

Ces associations ont toujours exprimé leurs réticences face à ce projet dont le Budget est estimé à 13,9 milliards de dollars US. Un budget que ces associations   jugent d’exorbitant  car risquant d’être  de dépassé et ainsi  compromettre les générations futures et contrecarrer toutes les ambitions de la RDC développée. Elles ont toujours exigé l’implication des communautés locales et la Société Civile à travers des consultations régulières de ceux-ci.

Voilà pourquoi ces OSC dénoncent le fait que e Gouvernement continue à tenir des réunions sans tenir compte de toutes les parties prenantes. Autre chose, ces associations s’inquiètent également de la gouvernance de ce projet, car plusieurs institutions y sont impliquées sans savoir lequel est le véritable répondant.

Ainsi, elles recommandent au gouvernement de dissiper le flou sur l’instance habileté à engager le projet Inga 3  et c’est dans le but d’améliorer la transparence. D’impliquer toutes les parties prenantes notamment à la p au à la prochaine Phase du projet et à publier une politique claire sur l’orientation du projet.

Signalons également qu’une campagne et une pétition ont  d’ores déjà été lancé pour stopper ce projet. De plus  la société Civile les plans du projet Inga 3 ont fait de l’approvisionnement en électricité des pays voisins et aux entreprises minières sans y inclure les communautés environnantes. Et dénoncent aussi  les impacts environnementaux associés au changement climatique et à la réinstallation d’une population entière dans la région d’Inga rendant ce projet extrêmement risqué pour les communautés congolaises touchées.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom