Présidentielles RDC : les arrêts attendus dans les 8 jours

Présidentielles RDC : les arrêts attendus dans les 8 jours

Hier vendredi 31 août la cour constitutionnelle examiné les recours des 6 décalés à la présidentielle par la Ceni au cours des audiences publiques. Elle devra rendre ses arrêts dans les 8 prochains  jours .

Les avocats de 6 candidats à savoir jean Pierre Bemba, Adolphe Muzito, Antoine Gizenga, Marie Ifoku, Paul Moka ainsi que Samy Badibanga ont argumenté devant les juges de la cour constitutionnelle.

Le ministère public requiert l’inéligibilité de 4 candidats

Pour le parquet General, les requêtes de Bemba , Muzito et Paul Moka ont été jugés recevables sur la formes mais non fondée , tandis que celui d’Antoine Gizenga a été jugés irrecevable. Ainsi le Ministère Public a donc requiert l’inéligibilité de ces 4 candidats conformément aux motifs avancés par la Ceni.

Pour la Ceni jean Pierre Bemba est jugé inéligible suite à sa condamnation irrévocable dans l’affaire de subornation des témoins, Adolphe Muzito pour conflit avec son parti politique, tandis que pour Antoinne Gizenga, défaut de qualité du signataire et pour Paul Moka non-paiement de la caution.

Les avocats contre-attaquent

Bemba , sa condamnation n’est pas irrévocable

Dans leurs réquisitoires les avocats des Bemba ont souligné que la condamnation de Jean-Pierre Bemba n’était pas irrévocable, car toutes les voies de recours n’ont pas encore été épuisés, Jean-Pierre Bemba a été condamné en première instance, ses avocats ont la possibilité d’aller en deuxième instance. Ils ont également souligné le fait que la Ceni doit statuer sur les pièces et selon eux, la ceni ne détiendrait aucun document démontrant que leur client fait l’objet d’une condamnation irrévocable.

Paul Moka détient un récépissé de la DGRAD

Décalé pour non-paiement de caution, pour les avocats Paul Moka « la CENI n’avait aucun document pour soutenir leur argument de « non-rétractabilité » de la somme à la DGRAD. Nous avions la preuve de paiement. » Ont –il dit à la cour

Adolphe Muzito avait déjà démissionné du Palu

La candidature d’Adolphe Muzito avait été décalée du fait qu’il était en conflit avec son parti politique, le Palu selon les arguments de la Ceni. Pour cette institution, la plainte est venue de son parti politique le Palu , bien que démissionnaire , Adolphe Muzito n’a pas démissionné de son siège au parlement où il avait été élu pour le compte de ce parti. De plus dans son dossier présenté à la ceni , il y avait en plus une carte au nom de son ancien parti politique. Non rétorque ses avocats à la cour, ce dernier avait déjà démissionné de son parti politique et de ce fait il n’y a aucun conflit avec son parti politique.

Antoine Gizenga, son fils aura causé sa chute

Selon la Ceni, Antoine Gizenga a été invalidé à cause de Lugigi Kizenga, son propre fils, qui a signé certains formulaires à la fois comme mandant et mandataire tombant ainsi sous le coup défaut de qualité

Deux requêtes jugées fondées et recevables

Il s’agit bien des requêtes de Samy Badibanga et Marie Ifoku Mputu , les deux avaient été invalidés pour nationalité étrangère .Les avocats de ces deux candidats ont démontré à la cours que les deux bien qu’à un moment ont eu une autre nationalité ont fini par acquérir la nationalité congolaise . Cas de Samy Badibanga qui a exercé comme Premier ministre son dossier contiendrait un arrêté ministériel à ce sujet.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *