Martin Fayulu, candidat president de la Republique et la délégation des opposants échappent au tirs de la police à Lubumbashi

Martin Fayulu, candidat president de la Republique et la délégation des opposants échappent au tirs de la police à Lubumbashi

Le candidat président de la République Martin Fayulu et une délégation des députés nationaux membres de l’opposition dont Eve Bazaiba Christian Mwando et Deli Sesanga denoncent l’état de siège observé dans la ville de Lubumbashi.

Samedi après l’annulation du meeting, des incidents ont opposés des militants de l’opposition aux éléments de la police sur la route Munama vers la Cité des jeunes et ainsi que dans la commune Kenya. Plusieurs arrestations ont été rapportés par des témoins ainsi que par les responsables de l’opposition en province. La délégation des députés nationaux , membres des partis politiques de l’opposition ainsi le candidat à l’élection présidentielle Martin Fayulu ont tenté en vain de rencontrer le maire de Lubumbashi ad intérim. L’équipe décide alors de descendre sur terrain du coté de la Cité des jeunes, lieu prévu pour le meeting.
Selon l’honorable Christian Mwando, la police est intervenue et a tiré des coups de feu au moment où cette délégation marchait à pieds à hauteur du marché Njanja. L’honorable Christian Mwando déplore une fois de plus la restriction des libertés publiques en période préélectorale.
‘’ Ce sont des choses que nous dénonçons dans ce pays. Nous sommes dans une période préélectorale, il est autorisé à chacun de parler avec la population’’

Christian Mwando lance en même temps un cri d’alarme : ‘’ Nous allons aux élections, il y a un groupe, la mouvance présidentielle et le FCC qui a le droit de tenir ses manifestations sans aucune autorisation , de sillonner partout dans le pays et l’opposition n’a droit à rien.’’
Pour ce leader politique de l’UNADEF, membre de la plateforme Ensemble pour le changement, cette situation est inacceptable.
Et déjà il demande à la population de sanctionner lors des élections, tous ces acteurs politiques qui ne respectent aucune règle du jeu.

Du côté de la police, aucune réaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *