RDC : Report de la publication des résultats des présidentielles, report tacite de la reprise des cours dans les écoles

RDC : Report de la publication des résultats des présidentielles, report tacite de la reprise des cours dans les écoles

7 Janvier 2019, le ministre de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel annonce la reprise des cours. Contraste, plus des 50% d’écoles n’ont pas fonctionné. La peur au ventre lié au report de la publication des résultats des présidentielles, les parents ont préféré garder leurs enfants à la maison.

Ce lundi matin 7 Janvier, on pouvait apercevoir très peu des bleus blancs sur les routes de Lubumbashi. Les quelques élèves qui ont bravé la peur de leurs parents et se sont présentés dans les cours de l’école, certains ont été renvoyé par les responsables. ‘’C’est une mesure de prévention car l’incertitude du lendemain règne depuis l’annonce de la date du 06 Janvier comme celle de la publication des résultats des présidentielles. Et même la décision de la Ceni sur le report de cette publication ne nous garantit pas quant à la situation sécuritaire’’, affirment quelques préfets et directeurs d’écoles.
D’autres parents jugent contradictoire la position du ministre de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel par rapport à celle de son collègue de l’enseignement Supérieur et universitaire. Ce dernier a déclaré que la reprise des cours dans les institutions universitaires et supérieures de la RDC est reportée au lundi 14 Janvier. De son coté, Gaston Musememna , ministre de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel faisait une annonce officielle sur la reprise des cours lundi 07 Janvier.
Un parent s’interroge ‘’ Comment comprendre que l’on demande aux étudiants qui sont pour la plupart majeurs de ne pas se rendre à l’université au lendemain du report de la publication des résultats de l’élection du 30 Décembre et exiger aux tous petits de reprendre le chemin de l’école ?
C’est une décision qui expose nos enfants‘’, renchérit un autre parent.
D’autres Lushois estiment que le suspens créé par la CENI en ne donnant pas une date précise pour la prochaine publication des résultats des présidentielles, a un impact négatif sur toutes les activités même commerciales. Ils demandent à la CENI d’être plus précise et de libérer la population qui se sent prise en otage.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *