RDC : 1,235,972 personnes seront vaccinées contre le Cholera dans le Kasaï

RDC : 1,235,972 personnes seront vaccinées contre le Cholera dans le  Kasaï

Le mercredi 03 juillet a débuté une vaste campagne de vaccination contre le choléra dans 15 zones de santé appartenant aux quatre provinces du centre de la République Démocratique du Congo (le Kasaï, le Kasaï Oriental, le Lomami et le Sankuru). Cette campagne la deuxième du genre durera 5 jours soit du 3 au juillet prochain. Elle concerne les personnes âgées d’une année et plus.

Organisée par le Ministère de la Santé avec l’appui technique, logistique et financier de l’OMS, de Gavi, l’Alliance du vaccin et du Groupe de travail mondial sur la lutte contre le choléra (GTFCC), cette campagne vaccination contre le choléra a pour objectif de juguler une épidémie meurtrière qui avait fait, dans les 5 provinces concernées de la région du Kasaï, un total cumulé de 9,154 cas présumés avec 458 décès (taux de létalité : 5%) entre janvier et décembre 2018.

L’administration de la deuxième dose de vaccin contribue à une immunité durable contre le choléra. La stratégie utilisée est celle de porte-à-porte pendant lesquels 2,632 vaccinateurs (essentiellement recrutés au sein de la communauté) seront chargés d’administrer le vaccin oral contre le choléra (OCV), remplir les informations sur la carte de vaccination, la fiche de pointage et faire un rapport de synthèse journalière du travail de ces équipes.

En 2018, la République Démocratique du Congo a notifié un total cumulé de 29,304 cas suspects de choléra, avec plus de 930 décès .Du début de l’année 2019 à la semaine épidémiologique 23 (du 03 au 09 juin), au moins 12,247 cas suspects de choléra dont 279 décès ont déjà été notifiés dans 137 zones de santé appartenant à 20 des 26 provinces de la RDC.

Le choléra est une maladie infectieuse fortement contagieuse, qui se transmet via une eau ou une alimentation contaminée. Elle provoque une diarrhée et une déshydratation brutales qui doivent être rapidement traitées pour éviter le décès de la personne infectée en quelques heures, et la propagation de la maladie à large échelle dans un environnement à risque.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *