RDC : quand la corruption tend à devenir une norme sociale

RDC : quand la corruption tend à devenir une norme sociale

 La  RDC a été classée 47ème sur 54 États africains inclus dans le rapport 2018 de l’Indice Ibrahim de la gouvernance africaine avec une note de 32,1 sur 100  , la corruption est devenue un problème cruciale . Aucun secteur et aucune couche n’est épargnée.

La corruption s’est généralisée. Est-elle devenue une norme sociale ? Certaines personnes pensent que oui.  Car  elle n’épargne personne. Qu’il s’agisse de la justice, la politique, la sécurité ou encore l’économie bref tous les secteurs  sont gangrenés par la corruption. Aujourd’hui ? lorsqu’une personne se lève contre la corruption, qu’elle est  marginalisée  et parfois traitée de fou ou de malade mentale. La corruption est  considérée  comme un fait normal,  et sa lutte, anormale.

Dans les aéroports congolais par exemple,  ne pas donner un peu de monnaie à un agent fait de vous une personne de mauvaise foi. Lorsque vous roulez sur les routes de la RDC , ne pas  ouvrir son porte  monnaie pour  verser de l’argent  à un agent de  police de circulation routière , ce qu’on appelle  » Rapport  » est  qualifié d’infraction. Un agent de l’Etat en mission de contrôle chez les grands ou  petits commerçants s’attend à recevoir de l’argent. Devant les cours et tribunaux donner l’argent  à un magistrat ou un officier  de police judiciaire  est devenu une norme. Ceci pour dire ,il existe très peu de situation ou vous ne serez pas confronté à la corruption. Du plus petit au plus grand , tous les citoyens subissent  les effets de la corruption. La majorité des personnes sont soit corrupteurs  ou corrompues .

Pour d’autres analystes, la corruption n’est pas encore devenue une norme sociale car une couche de la population bien qu’infime, lutte contre  ce fléau. Ils la considèrent comme politiquement incorrect et parfois immoral.  Ainsi bien  que généralisée, la corruption  n’a pas souillé  tous les Congolais .  C’est ce que démontre une étude menée pour le compte de RCN Justice et Démocratie pour son projet Kuleta Haki2. Bien que la considérant comme immorale, d’autres citoyens Congolais  sont incapables de se lever contre la corruption ,  elles pensent qu’il est impossible de  faire face à  ce fléau.

La pauvreté , est-ce la seule cause ?

Pour la plupart des personnes, la pauvreté est l’une de cause de la corruption. C’est ici que se vérifie cette citation de Henri-Frédéric Amiel :  » La pauvreté est plus qu’une privation, elle est une servitude ».Il est vrai qu’a un certain niveau de  pauvreté ,l’homme perd sa dignité et dans son combat pour la survie , il poser des actes  qu’il n’aurait jamais imaginer.

Il faut dire également que la pauvreté n’est pas la seule cause de la corruption.  D’aucuns pensent qu’en RDC certains processus politiques et sociaux ont étaient depuis un certain temps le sous bassement de la corruption . Ce qui a comme conséquence l’absence d’un  système efficace de contrôle.

Lutte contre la corruption un vain  combat  ?

Le grand défi reste la lutte contre la corruption. Certes , depuis l’avènement du nouveau régime à la tête du pays , on observe une certaine  volonté politique  en vue de la  lutte contre la corruption. Le Chef de l’état en a fait son cheval de bataille. Mais néanmoins les actions concrètes tardent à venir et  l’impunité règne en maître. Faut-il perdre espoir pour autant ? L’engagement  de tout un chacun  dans ce combat est la seule arme  efficace contre la corruption.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *