Kolwezi : Une femme en détention retrouvée morte dans une rivière à 100 mètres du Parquet de Fungurume

Kolwezi : Une femme en détention retrouvée morte dans une rivière à 100 mètres du Parquet de Fungurume

Elle s’appelait Vicky Kazadi Mobe, âgée de 28 ans et mère de 3 enfants son corps  a été retrouvée le 10 décembre dernier dans une rivière à quelque 100 mètres du Parquet de Fungurume alors que pour sa famille, elle était censée se trouver en détention pour coups et blessures sur la personne   d’une jeune femme répondant au nom Christelle.

Pour la petite histoire,  Vicky Kazadi et  Christelle travaillaient dans un restaurant  dans la carrière de  Kimilombe à environ 10 km de Fungurume. Lee 29 novembre 2019, alors qu’elles se trouvaient sur le lieu de leur travail, une bagarre entre les deux  a dégénérée  et a blessé son amie avec un couteau. Arrêtée elle a été acheminée au poste de la police de  Fungurume.

Selon les informations de la Société Civile de Fungurume,  l’OPJ  avait exigé une amande de  300 000 Francs congolais pour qu’elle soit libérée. La  famille de Vicky Kazadi est revenu 4 jours après soit le 2 décembre dernier à la police pour apprendre qu’elle avait été  transféré au Parquet de Fungurume.

La famille de la défunte a été surprise lorsque   le corps de Vicky Kazadi a été retrouvé  dans la rivière du Parquet. Pour la Société Civile de Fungurume qui soupçonne une mort violence exige que l’affaire soit élucidée au plus vite.

Contacté le magistrat en charge du dossier Célestin Kayumba affirme que la défunte avait été relâché bien avant sa  mort soit le 4 décembre dernier. Il explique  que dans la mesure où la plaignante ne se présenter pas  et que la politique du parquet de Fungurume est de traiter les femmes avec égards, le parquet avait décidé de la libérée par main levée.

À la question de savoir si elle avait payé une caution de mise en liberté provisoire ou des amandes transactionnelles ou des dommages pour sa libération, le Magistrat explique qu’elle n’avait rien déboursé comme frais. «  Cette femme créer des troubles au cachot, elle insultait et déranger, ainsi nous avions décidé de la relâcher ».    dit le Magistrat et d’ajouter : « elle avait été relâchée et tout le monde l’avait vue.  » « Le travail du parquet s’arrête quand la personne est relâchée ce qui peut arriver après n’est pas la faute du Parquet conclut –il.

Un dossier sous réquisition d’information a été ouvert pour élucider les circonstances de sa mort, mais déjà le magistrat penche pour une noyade accidentelle.

Il faut dire qu’entre la famille, la Société Civile et le Parquet, il y a une divergence de vue sur cette question. La famille a saisi le parquet de Kolwezi. Selon la Nouvelle Société Civile de Fungurume une réquisition a été faite pour que le dossier soit transféré à cette autre juridiction mais jusque le Parquet de Fungurume traine le pas pour transmettre le Dossier.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *