RDC: »Jamais le discrédit et le rejet d’un pouvoir en place n’a été si fort comme le 30 décembre 2018 par le peuple.. » Martin Fayulu

RDC: »Jamais le discrédit et le rejet d’un pouvoir en place n’a été si fort comme le 30 décembre 2018 par le peuple.. » Martin Fayulu

 Au cours de son prétendue discours sur la nation le mardi 30 décembre dernier,  Martin Fayulu Madidi président du parti politique Engagement pour la Citoyenneté et le Développement ECIDE en sigle revient sur les dernières élections. Pour lui,  l’année 2019 a été marquée aussi par le rejet du pouvoir de Joseph Kabila suite à la détermination du peuple manifestée aux urnes le 30 décembre 2018. Il note par ailleurs que la fraude inédite  à ces élections a révélé le gangstérisme d’État. Il appelle à cet effet, Félix Tshisekedi président de la  République à rendre publique le deal qui le lie avec son prédécesseur.

Le parrain de la lutte pour la vérité des urnes considère le 30 décembre comme une date historique à laquelle les Congolais ont exprimé leur soif de démocratie et de changer le Congo en éjectant le régime de Joseph Kabila hors du pouvoir, mais aussi la plus grave en ce qui concerne la fraude électorale.«… Plus grave en 2016 et pire en 2011, jamais le discrédit et rejet d’un pouvoir en place n’a été si fort, mais également jamais le mépris de la vérité et la négation de la volonté populaire du Congolais n’a aussi été insolente…  »  Tout en déplorant la fraude électorale qui a caractérisé lesdites élections : «La fraude électorale n’est pas uniquement une grave atteinte à la civilisation démocratique, elle relève d’un banditisme d’État qui, au delà de détourner, de trahir et de manipuler le l’expression de tout un peuple, véhicule dans la société le culte de la fraude, du mensonge, du vol  et du gangstérisme.» A-t-il ajouté Martin Fayulu.

Comme déjà avoué par le président de République Félix Tshisekedi concernant le deal qui le le lie avec Joseph Kabila. En plus d’exiger la publication du contenu de l’entente, Martin Fayulu exige la rupture entre les deux hommes qui dirige le pouvoir en coalition FCC-CACH : « Je demande à monsieur Félix Tshisekedi Tshilombo de dire la vérité et toute la vérité sur le deal qu’il a signé avec monsieur Joseph Kabila. Je l’encourage à demander pardon au peuple congolais et à renoncer au deal. »

Tout au long de son discours, Martin Fayulu l’homme qui réclame sans relâche la victoire de la présidentielle dernière, n’a pas hésiter de tabler sur la souffrance qui gangrène la notion notamment les tueries dans le nord Kivu la corruption en remettant en cause l’idée de changement malgré l’alternance au sommet de l’Etat en RDC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *