Accueil Environnement Déforestation: La RDC préconise des techniques de maintien de foret

Déforestation: La RDC préconise des techniques de maintien de foret

De par le monde, les arbres sont des symboles de vie. Ils offrent le confort de leur ombre, l’abondance de leurs fruits, redonnent vie aux terres stériles, fournissent un combustible essentiel , enrichissent et stabilisent les sols ; bref,  ils présentent la particularité essentielle d’être à la base de toute chaîne alimentaire d’où la production primaire. Ils sont indispensables.

Mais il faut dire que le monde et plus particulièrement la RDC connaissent un problème de taille. Il s’agit du déboisement. L’Amazonie par exemple,  cet immense réserve naturelle a perdu entre 300 et 400000 km2  de ses forêts. Des statistiques montrent que l’Afrique,  le Moyen Orient et l’Asie sont les plus touchés. Chaque année, 200 000 kmsoit une superficie plus grande que celle du Sénégal deviennent totalement stériles sous l’effet de la désertification. Et le processus ne fait que s’accélérer. Aujourd’hui, il menace plus de 20 % de la surface terrestre soit 80 millions d’êtres humains.

 Dans le Haut Katanga par exemple, le problème de déboisement se pose avec acuité. Plus ou moins 37, 3 hectares sont déboisés dans la forêt Miombo chaque mois à cause, de  l’exploitation minière, de  la forte pression démographique, de la fabrication de charbon de bois à haute densité, de l’exploitation de bois d’œuvre, de l’agriculture sur brulis, du  feu de brousse, du fait de couper les arbres à ras le  sol  et tant d’autres pratiques ce qui empêche la  régénérescence des arbres.

Les conséquences sont nombreuses. Sur le plan écologique, la déforestation entraîne une libération importante de COdans l’atmosphère. En outre, ces arbres non remplacés ne capteront plus le Co2 qui devient ainsi plus abondant ; l’érosion des sols provoque une minéralisation rapide de l’humus immobilisé

Les conséquences de cet ensemble des faits peuvent être graves car l’accumulation de CO2 provoque un effet de serre. II renvoie vers le sol les radiations infra rouges, contribuant ainsi à un réchauffement de l’atmosphère. Selon les estimations,  d’ici à 2030, l’augmentation de la température annuelle moyenne pourrait être de 0,5 à 8 degrés C par rapport à aujourd’hui. Les déserts avanceraient à des latitudes plus élevées.

 Face à cette situation alarmante,  les mesures d’urgence s’imposent. Plusieurs campagnes de reboisement sont lancées un peu partout dans la province. Toutefois, il faut dire  que ceux –ci n’auront aucun effet si dans entretemps la déforestation continue avec le même rythme.

C’est dans ce cadre que  la RDC préconise d’autres techniques pour lutter contre la déforestation. Depuis l’année 2017, en partenariat avec Global Environnement Found, le pays exécute un projet intéressant dans ce domaine.  Ce projet est exécuté par la FAO.Il consiste à apprendre aux communautés locales les techniques du maintien des forêts  tout en continuant à les exploiter.

80 000 hectares repartis en 50 communautés sont visés par ce projet de sous gestion durable des forêts. Ces communautés seront structurées, organisées et formées à cette fin.  Dans le Haut Katanga, ce projet concerne 5 sites  à savoir Kinkonke et  Mwalwa dans la chefferie Kaponda, Sapwe sur la route Kasenga,  92em poteau sur la route Kinsevere et Lukitwe à 65 km sur la route Likasi. À l’heure actuelle,  ces communautés sont en train d’être identifiées. De plus, elles devront s’engager pour une gestion durable des forêts.

Pour ce faire, elles devront apprendre plusieurs techniques, notamment, couper les arbres à une certaine hauteur pour permettre leur  repousse. Quant à la coupe des bois, elle devra se faire d’une manière ordonnée et d’une manière alternative pour permettre qu’ils repoussent. En ce qui concerne l’agriculture sur brulis,  les communautés devront apprendre a mettre le feu tôt dans leurs  champs pour empêcher qu’il n’embrase toute la forêt.

Ces techniques ont l’avantage d’impliquer et de responsabiliser  les communautés dans la préservation  des forêts.

Godlive Nyemba

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom