G13: « Nous voulons la tenue des élections dans le respect des délais constitutionnels et de la loi »

G13: « Nous voulons la tenue des élections dans le respect des délais constitutionnels et de la loi »

Le Groupe de 13 personnalités politiques et sociales signataires de l’Appel du 11 juillet pour un consensus électoral, ce Lundi 28 septembre 2020 à Kinshasa dans une conférence de presse a rappelé que  l’objectif de ses démarches reste celui d’obtenir les élections apaisées et dans les délais constitutionnels comme prévues par la loi.

Ces 13 personnalités ont présenté en effet le rapport des  parties consultées durant les parcours des consultations qu’elles ont engagé à travers la république notamment auprès des institutions et personnalités parties prenantes des élections à venir.
Lire aussi:http://magazinelaguardia.info/2020/09/17/rdc-le-g13-depose-a-lassemblee-nationale-sa-proportion-de-loi-visant-les-reformes-electorales/

Pendant la conférence de presse, ces personnalités politiques et sociales réitèrent la crainte qu’ils ont sur le processus électoral de 2023 si leurs propositions ne sont pas prises en compte « La division qui traverse la classe politique, le gouvernement, la coalition au pouvoir, l’opposition ainsi que les forces vives de la société civile et que si nous ne prenons pas les mesures de pouvoir rapprocher les positions, construire le consensus, nous n’éviterons pas le plus grand danger demain. » a déclaré Delly Sessanga l’un de 13.

Par ailleurs le groupe de 13 se dit heureux dans l’ensemble de son rapport et de pouvoir déjouer les intentions de ceux qui les accusaient de chercher le positionnement ou de vouloir le report du scrutin de 2023 « aujourd’hui avec les conclusions auxquelles nous sommes parvenues, c’est bien le contraire qui est démontré. Nous voulons la tenue des élections dans le respect des délais constitutionnels et de la loi. » a martelé Delly Sessanga.

Leur proposition des lois visant les réformes électorales a été déposée depuis jeudi 17 septembre 2020 au bureau de l’assemblée nationale pour un débat éventuel afin de déboucher sur l’objectif des démarches initiées depuis trois mois. La session parlementaire à venir est donc à suivre.