RDC: la proposition de loi sur la nationalité fait débat

RDC: la proposition de  loi sur la nationalité fait débat

 Dans une interview accordée à une consœur, Noël Tshiani Mwadiamvinta ancien candidat aux dernières élections présidentielles s’est étendu sur la proposition de la loi sur la nationalité , une proposition qui fait couler beaucoup d’encre et des salives dans le pays. Le rédacteur de ce texte  explique qu’il s’agit tout simplement de protéger la souveraineté nationale en ne mettant pas à des postes stratégiques des personnes à » loyauté partagée  » qui vont mettre à mal la souveraineté du pays.

Les postes visés par ce projet de loi ,  sont la Présidence de la République, la présidence de deux chambres du parlement , la direction du service de la migration, l’agence nationale de Renseignement, le chef des forces armées congolaises , le chef de la police Nationale,les hauts magistrats au niveau de la justice et les ministères régaliens, à savoir les  affaires étrangères, la défense ,la justice ainsi que les finances »il y a des bonnes raisons à cette loi , explique-t-il  dans le passé notre pays a souffert de l’infiltration au sommet de l’État ». Citant l’exemple de James Kabarare qui sous l’ère Mzée Laurent Désiré Kabila avait en charge de l’armée ce qui avait eu des conséquences désastreuses lors de sa mutinerie avec quelques soldats rwandais .

Une  proposition qui fait débat

Des ombreuses voix se sont levées contre cette proposition de loi.  des personnes de tout bord politique , scientifique ou autre membre de la société civile ont élevé leur voix . Nombre d’entre eux estiment que c’est une loi discriminatoire , une loi qui réveillera les vieux démons de la division alors que le Congo aspire à l’unité pour son développement. Hubert Tshiswaka par exemple parlant de cette loi sous l’hashtag  ControleCitoyen  : « rappelons que la dérive de Noël Tshiani expose le pays a l’implosion. Insinuer qu’il existe des Congolais 100% et les AUTRES, c’est mettre la cohésion nationale a l’épreuve. Chaque Congolais de toute ville frontalière a un parent de l’autre côté. » « On est congolais ou on ne l’est pas. Ceux qui ont renié leur nationalité pour en acquérir d’autres sont disqualifiés. Mais il ne peut pas y avoir des congolais et des demi-congolais. Ce débat va diviser notre nation plutôt que la souder. » explique Vidiye Tshimanga  et il ajoute pour dire  que la question  de la nationalité est réglée par la constitution.  Olivier Kamitatu quant à lui  rappelle que la nationalité congolaise relève d’un accord de cessez-le-feu ce qui avait mis fin à une guerre meurtrière et pour lui  remettre en cause la loi actuelle engendrera la  division .

 Une proposition sur mesure contre Moise Katumbi? 

Tshiani répond que sa proposition n’est vise pas une personne : » je voudrais aussi dire que les individus qui veulent personnaliser le débat ils n’ont pas raison « . Et d’expliquer : »ma proposition ,  vise l’intérêt général, elle vise l’intégrité nationale, elle vise la souveraineté nationale  ….. ceci pour empêcher l’accès à la souveraineté de l’État à des personnes dont on n’est pas sûres de la loyauté totale à l’égard de notre pays ».

Jean claude Muyambo par contre  quant à lui ,il insiste ,la proposition  de Noël Tshiani  qui réserve aux congolais de père et de mère la magistrature suprême   vise  Moïse Katumbi. Ses  partisans n’en démorde pas , Noël Tshiani en  veux au Président d’Ensemble pour qu’il ne puisse pas briguer la magistrature suprême en 2023. . Moise Katumbi lui-même a réagi à cette proposition de loi , « Nous ne devons pas faire marche en arrière dans le pays. Nous voulons un pays stable. Le plus important est qu’il faut qu’on respecte la constitution du pays . Comme  je l’ai dit dans mon discours, s’il y a de  l’injustice, nous allons  dénoncer, nous allons nous défendre. Ce qui est important aujourd’hui pour ce pays, c’est l’unité et non la division. Et  cette division ou mieux distraction, nous ne pouvons  jamais l’accepter. »

Lire aussi:http://magazinelaguardia.info/2021/05/28/rdc-moise-katumbi-repond-sur-le-projet-de-loi-sur-la-nationalite/