Accueil Autres RDC : La LIDDFC dit non aux technologies et minerais de sang...

RDC : La LIDDFC dit non aux technologies et minerais de sang ainsi qu’aux viols et massacres

La Guardia

Ligue international de défense de droits de la femme congolaise LIDDFC a le 8 mai dernier ,  initier une pétition dénommée « pétition des 3 non ». Non aux viols, massacres des femmes, des enfants comme arme de guerre. Non aux minerais de sang et non aux technologies de sang.

Cette campagne a pour but de sensibiliser les consommateurs, les investisseurs et des actionnaires sur la pratiques des multinationales utilisatrices de minerais et celles engagées dans le commerce des ressources naturelles à prendre conscience du fait que les Congolais notamment ceux vivant au Kivu sont victimes des beaucoup d’atteinte à savoir les crimes de guerre, les violences sexuelles généralisées sur les femmes et les enfants sans parler du e travail des enfants

Ainsi elle tient à rappeler que les minerais de la RDC sont utilisés sur le marché des nouvelles technologies notamment dans la fabrication des téléphones portables et souvent en toute illégalité. Souvent il s’agit des minerais exploités par des groupes rebelles et servants à financer des guerres civiles où femmes et enfants sont violés. Des plus ces groupes rebelles travaillent en ne respectant aucune norme qu’il s’agisse du travail des enfants ou du respect de l’environnement.

Cette ONG déplore également le fait que les entreprises utilisant ou commercialisant des ressources susceptible de provenir dans les zones des conflits n’exerce plus le « devoir de diligence fondé sur les risques. Ces entreprises ont normalement l’obligation d’opérer des contrôles de leurs chaines d’approvisionnement afin d’identifier si, à travers leurs activités, elles risquent de financer des actes portant préjudice ou des atteintes aux droits de l’homme ».

Il faut dire que cette partition est destinée aux institutions internationales et européennes, au ministère des mines de la RDC, aux entreprises de la chaine d’approvisionnement et multinationales. La LIDDFC sollicite également à travers cette pétition l’obligation a toutes les entreprises multinationales utilisatrices de minerais et celles engagées dans le commerce des ressources naturelles d’exercer le devoir de prudence et de vigilance sur l’ensemble de la chaine d’approvisionnement ainsi que la mise en place d’un contrôle obligatoire et audits indépendants visant à certifier que les minerais et autres ressources naturelles ont été extrait d’une manière responsable . Mais surtout une obligation de rendre publique un rapport complet sur les risques et des mesures qu’elles ont prises pour les gérer.

Et donc toutes les personnes qui s’associeront à cette pétition réclameront avec la LIDDFC , la mise en place d’un contrôle obligatoire par des multinationales sur l’ensemble de la chaine d’approvisionnement des minerais et autres ressources de la RDC et la consultation de tous les documents garantissant cette procédure de contrôle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom