Accueil Autres Lubumbashi : la société civile porte plainte contre les policiers et militaires affectés...

Lubumbashi : la société civile porte plainte contre les policiers et militaires affectés au gouvernorat pour non-assistance à  personne en danger

Ce 21 janvier, une plainte vient d’être déposée  à l’auditorat militaire  contre les policiers et militaires commis à la garde du gouvernorat de province pour non-assistance à personne en danger. Celle-ci a été déposée par  6 membres de la Société Civile  à savoir Berti Tshoz Team leader de la thématique gouvernance et sécurité,  Betty Lumu, Mwilambwe Mado, Kapalanga Pauline, Ngoie Nsungu Lyly et Bwabwa, tous membres du cadre de concertation de la Société Civile du haut-Katanga.

En effet le samedi dernier, Ils avaient été agressés par un groupe des membres du PPRD après leur marche contre le détournement des 200 millions des dollars à la Gécamines. La plainte renseigne qu’ils avaient été enlevés et passés à tabac en présence des policiers et militaires  qui montent la garde à l’entrée du gouvernorat par monsieur Patty Benz et ses complices. Ils accusent les policiers et les militaires de n’avoir pas pu leur apporter assistance  conformément à l’article 9,  alinéa 1 de la déclaration de L’Onu sur la protection des défenseurs de droits de l’Homme qui dit :  dans l’exercice des droits de l’homme et des libertés fondamentales, y compris le droit de promouvoir et protéger les droits de l’homme vise dans la présente déclaration, chacun a le droit, individuellement ou en association avec  d’autres de disposer effectif et de bénéficier d’une protection en violation des droits.

Il faut signaler que ces personnes dont un homme et 5 femmes avaient été soigné dans des centres hospitaliers de la place pour quelques blessures, explique Mamy Umba Ndolo Team Leader du Thématique genre au cadre de concertation de la Société Civile.

Une deuxième plainte contre un militant du PPRD à Savoir Patty Benz a été déposée ce lundi 21 janvier au Parquet  de Lubumbashi pour  enlèvement, coup et blessures volontaires. Signalons que ce dernier, ne s’en est pas caché dans une vidéo circulant sur internet il explique comment lui et ses sbires ont mis en déroute la marche de la Société Civile.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom