Kolwezi : les opérateurs finaux et leurs attentes en rapport à l’assainissement de la chaîne de production de l’artisanat minier

Kolwezi : les opérateurs finaux et leurs attentes en rapport à l’assainissement de la chaîne de production de l’artisanat minier

La production et la commercialisation des minerais produits artisanalement fait face à de nombreux défis et enjeux surtout lorsqu’il s’agit de répondre positivement aux attentes des opérateurs finaux. Ces derniers veulent d’un cobalt artisanal tracé, certifié et provenant d’une chaîne de production assaini.

Malheureusement en RDC les produits provenant de l’artisanat minier font face à des nombreux défis pour répondre à ces exigences. « L’artisanat minier en RDC terni l’image du secteur », a dit Maitre Kaumba lors de son intervention qui était porté sur les enjeux et les défis liés à l’assainissement de la production artisanale en RDC, une intervention lors de session parallèle au cours de la 30 ém session du cadre de dialogue pour les investissements Durables au Katanga IDAK en sigle. Pour lui, le manque de Zone d’exploitation artisanale viable demeure un problème sérieux ce qui amène souvent au vol des minerais dans les concessions appartenant aux entreprises minières, ce qui ne répond nullement pas aux attentes des utilisateurs finaux qui veulent des produits issus d’une exploitation légale et bien assaini.

« Le travail d’un creuseurs relève d’un parcours de combattant » , a dit monsieur Kamusake représentant de creuseur au cours de même assises. Si le souci dans la filière de cobalt est celui d’assainir pour les opérateurs finaux, le creuseur a besoin que la chaine soit assainie d’abord pour sa survie. « Comment penser au creuseur pour qu’il gagne ? S’est interrogé le représentant des creuseurs à ces assises. Entre la multiplicité de taxe, la difficulté d’avoir une ZEA viable, les coopératives et le manque à gagner dû au prix à la commercialisation de son produit, le creuseur semble ne pas jouir de l’embellie du cobalt sur le marché.

Certes, il est varia qu’il faut répondre à des exigences nationales qu’internationales, il est aussi vrai qu’il faut répondre aux besoins des producteurs miniers artisanaux. Car en assainissant la chaine de valeur et en respectant scrupuleusement les lois et normes en la matière, l’artisanal peut y trouver son compte.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *