Accueil Autres RDC : un congolais lance une pétition pour le départ sans condition...

RDC : un congolais lance une pétition pour le départ sans condition de la MONUSCO

Flicker/Penangnini Toure/ CC

Celle-ci a été lancée par un Congolais habitant dans l’EST de la République du nom de Bushiri Muraya Assani depuis une semaine et elle a déjà recueillis plus de 1500 signatures.

Pour ce Congolais, cette pétition se justifie suite à l’inefficacité de cette mission et c’est malgré les deux décennies sur le sol congolais, et avec un effectif de plus de 20 000 hommes armés et un financement de 1 398 475 300 $. «  La MONUSCO fait preuve d’inaction et de laxisme quant à ce qui concerne son rôle de maintenir la paix et de protéger les populations civiles dans les zones sous menaces des groupes armées locaux et étrangers. »  Explique-t-il dans le contenu de la pétition.

Pour lui, il est inconcevable qu’avec un arsenal militaire pareil, la MONUSCO n’a pu stabiliser la partie Est de la RDC sous menaces terroristes des rebelles ougandais ADF Nalu à BENI dans la province du Nord Kivu, les tueries à répétition dans la province de l’Ituri au Nord-Est de la RDC. Ainsi que les guerres interminables inter communautaire dans la province du Sud-Kivu spécialement à MINEMBWE.

Il  invite la RDC à travers cette pétition à  l’instar de l’Angola, du Burundi et des plusieurs autres États africains qui ont stoppé la mission de l’ONU dans leurs pays, après plus de deux décennies sur le sol congolais, avec un effectif de plus de 20 000 hommes armés et un financement de 1 398 475 300$, la MONUSCO fait preuve d’inaction et de laxisme quant à ce qui concerne son rôle de maintenir la paix et de protéger les populations civiles dans les zones sous menaces des groupes armées locaux et étrangers.

Étant la mission la plus cher des nations unis, équipée d’un arsenal militaire à l’image des grandes super puissances militaires du monde, la MONUSCO n’a donc aucune excuse pouvant justifier son incapacité à stabiliser la partie EST de la RDC sous menaces terroristes des rebelles ougandais ADF Nalu à BENI dans la province du Nord Kivu, les tueries à répétition dans la province de l’Ituri au Nord-Est de la RDC; Ainsi que les guerres interminables inter communautaires dans la province du Sud-Kivu spécialement à MINEMBWE; Pour ne citer que cela.

À l’instar de l’Angola, du Burundi et des plusieurs autres Etats africains qui ont stoppé la mission de l’ONU dans leurs pays, la RDC doit envisager cette démarche.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom