Kolwezi : la présence des enfants dans sites miniers impacte négativement sur le cobalt

Kolwezi : la présence des enfants dans sites miniers impacte négativement sur le cobalt

Des centaines d’enfants sont toujours présents dans les sites miniers de la province du Lualaba, ce qui risque d’avoir un impact négatif sur la réputation du cobalt de Kolwezi.

À quelques semaines de la tenue à Kolwezi de la conférence minière du Lualaba, Mining Lualaba, les ONG nationales et locales œuvrant dans la protection des droits de l’enfant tient la sonnette d’alarme.  » Le travail de tous les acteurs nationaux et internationaux préoccupés par la présence des enfants dans les mines, doit être coordonnée. Sinon, on tourne en rond, » a expliqué Mr Mike Lameki, responsable de l’ONG Espoir,  basée à Kolwezi.

Des statistiques quasi inexistantes !

Aujourd’hui, les ONG locales ou nationales, les ONG internationales, les services étatiques…. Tous travaillent sur la question des enfants dans les mines de manière dispersée. Chacun a ses propres statistiques sur le nombre d’enfants présents dans les sites miniers. De leur côté les services étatiques ne sont pas en mesure de collecter les données par manque des moyens financiers et logistiques.  » il n’existe donc pas de statistiques officielles. », précise le responsable de l’ONG Espoir. Pourtant, le gouvernement provincial du Lualaba fournit beaucoup d’efforts en vue d’assainir le secteur minier. Depuis l’an dernier, il a mis en place un comité de surveillance des enfants dans les sites miniers. Selon des témoignages recueillis à Kolwezi, ce comité travaille tant bien que mal car il fait face à plusieurs défis.

Les chiffres n’ont de valeur que s’ils sont délivrés par l’autorité compétente, assure Mike Lameki le directeur de l’ONG Espoir.

L’impact négatif sur le Cobalt

Vendredi 24 août, l’Association pour la Défense des droits Humains, ADDH, antenne de Kolwezi a organisé une rencontre des ONG du secteur minier et celle engagées dans la protection de l’enfant autour de la Stratégie sur la protection de l’enfant sur les sites miniers.

À l’issue des discussions, les autres ONG tel qu’ESPOIR ont lancé un appel pour la coordination du travail dans ce secteur car plusieurs actions ont été menées mais le phénomène des enfants dans les sites miniers n’est pas éradiqué. Le risque est de voir le Cobalt de la RDC être indexé de cobalt de sang et de cobalt produit sans le respect des droits de l’homme. Ces structures de défense des droits de l’enfant souhaitent qu’un travail d’harmonisation des chiffres et des stratégies soit fait déjà avant la conférence minière de septembre prochain. Ainsi au cours de ces assises, les acteurs locaux auront des arguments forts pour attirer l’attention des bailleurs des fonds sur la problématique de la présence des enfants dans les mines et que des solutions durables soient trouvées. Si ce travail est accompli, les ONG pensent ainsi rassurer les consommateurs finaux du cobalt dans le monde entier que ce produit minier exploité en RDC et à Kolwezi ne provient pas du travail des enfants.

Déjà l’année passée, l’association pour la défense des droits Humains ADDH avait mené au mois de septembre 2017 une campagne de sensibilisation au quartier Kasulo sur la lutte contre la présence des enfants dans les sites miniers. Cette ONG reconnait que le problème reste permanent.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *