Accueil Autres Lubumbashi- dossier Gedeon Kyungu et sa milice : Justicia ASBL recommande la...

Lubumbashi- dossier Gedeon Kyungu et sa milice : Justicia ASBL recommande la révocation des responsables militaires et du renseignement

Justicia Asbl

Dans un communiqué de presse numéroté 003/just/2020 du 29 mars dernier qui dénonce la boucherie humaine suite à l’incursion des miliciens Bakata katanga le samedi 28 mars dernier, Justicia ASBL recommande la révocation des autorités de l’ANR, de la Demiap, de la 22ième région militaire et de la justice militaire du haut-Katanga pour avoir traité légèreté le dossier Gédéon Kyungu .
Tout en exprimant ses vives préoccupations au sujet de cette énième tentative d’incursion des akata katanga dans la ville de Lubumbashi et ses environs, selon Justicia ASBL , l’armée est intervenue et a ouvert le feu sans aucune sommation sur ces miliciens, ce qui a occasionné des lourdes pertes en vies humaines et plusieurs arrestations d’après le bilan 31 miliciens tués à Lubumbashi et à Likasi, Kasumbalesa et Bunkeya . Plus de 40 d’entre eux dont les femmes et les enfants arrêtés à Pweto et à Kakanda.

Voilà pourquoi Justicia ASBL recommande d’ouvrir des enquêtes sur les éléments des FARDC et de la police en service ce samedi 20/03/2020 dans la traque des éléments Bakata Katanga pour absence de sommation, usage disproportionné d’armes à feu et homicide volontaire.
S’agissant de toutes les autorités tant militaires ainsi que celles du renseignement, l’ONG propose de relever de leurs fonctions le directeur provincial de l’agence de nationale de renseignement$, celui de la DEMIAP ainsi que l’Auditeur Militaire supérieur près la Cour Militaire du Haut Katanga pour manquement grave. Justicia ASBL estime que la gestion du dossier Gedeon Kyungu et sa milice a été traité avec légèreté.

Car, c’est depuis le début du mois de mars 2020 que des rumeurs faisaient état d’une tentative d’incursion des mai-mai dans la ville de Lubumbashi. « Dans les vidéos non authentifiées postées sur les réseaux sociaux, on pouvait y voir des agents de la sécurité implorer à Gédéon d’accepter de discuter avec eux, pendant que lui-même insultait les autorités gouvernementales qui n’auraient pas rempli leurs engagements lors de sa reddition de 2016.
« D’initier des enquêtes pour déceler les négligences des autorités politico-administratives et judiciaires nationales et provinciales dans le traitement complaisant du dossier Gédéon KYUNGU MUTANGA; et d’ordonner préventivement la suspension pour besoin d’enquêtes de toutes les autorités impliquées ». recommande Justicia ASBL.

Pour rappel Gedeon Kyungu Mutanga avait été condamné en 2010 au degré d’appel par la Cour militaire du Katanga à la peine de mort pour crimes contre l’humanité, mouvement insurrectionnel et terrorisme. Evadé de prison le 7 novembre 2011 la prison de Kasapa , il s’est livré aux autorités en 2016, lors d’une cérémonie très médiatisée, en présence notamment de l’ancien Gouverneur du Haut-Katanga  Kazembe Musonda et de l’ancien Directeur de l’Agence Nationale des Renseignements,  Kalev Mutond..

.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom